Coronavirus. « Pour un indépendant, c’est angoissant »


Dernière mise à jour de ces informations le 6 juillet 2020 par Mélanie

Merci à Ouest France pour son article. Les médias sont réellement indispensables dans cette drôle de période.

Voici l’intĂ©gralitĂ© de mon tĂ©moignage ici, qui date de la 2ème semaine de confinement :

Petit groupe de formation WordPress Ă  Lamballe

J’ai ouvert il y a 2 ans et demi un organisme de formation (mWeb formation), basĂ© Ă  Lamballe. Ma mission est l’appropriation du web et des rĂ©seaux sociaux par toutes tailles d’entreprise, pour communiquer et gagner en visibilitĂ©. Pour le moment, je suis la seule formatrice intervenante dans cet organisme. Il est ma seule source de revenus.

J’interviens directement dans les entreprises, mais aussi très souvent Ă  l’HĂ´tel Les Caps de Lamballe pour des formations de groupe ou individuelles.

Toutes les formations (en présentiel) annulées ou reportées

Comme beaucoup la semaine dernière, j’ai Ă©tĂ© surprise par le confinement et j’ai dĂ» cesser brutalement mes activitĂ©s prĂ©vues depuis des mois. Toutes les formations ont Ă©tĂ© annulĂ©es ou reportĂ©es.

Pour un indĂ©pendant, c’est angoissant. Une perte de mes revenus et aucune visibilitĂ© sur les mois Ă  venir. Je pense Ă  tous les indĂ©pendants et chefs d’entreprise qui sont dans le mĂŞme dĂ©sarroi.

Je ne vois pas de retour Ă  la normale – me concernant – avant septembre prochain. L’activitĂ© de formation est en effet très saisonnière : très peu de personnes se forment l’Ă©tĂ©, et sur les vacances scolaires d’une manière gĂ©nĂ©rale.

Une prise de conscience des enjeux sanitaires

Bien sĂ»r, mĂŞme si chacun peut avoir des craintes lĂ©gitimes pour son propre avenir, ce qui me prĂ©occupe, c’est bien sĂ»r l’enjeu de santĂ© publique. Alors on oublie ses angoisses, on reste fort et on devient des hĂ©ros ordinaires en ne sortant pas de chez nous !

L’enjeu, c’est d’Ă©viter le plus possible l’engorgement des services de soin. Permettre aux personnels de santĂ© de ne pas ĂŞtre trop dĂ©bordĂ©s face Ă  l’afflux des malades en Ă©tat grave. Alors, on reste chez nous !

Une remise en question des méthodes de travail

En tant normal, le rythme de vie d’une formatrice indĂ©pendante est effrĂ©nĂ© !! Entre l’animation des formations et l’Ă©nergie que cela demande, la prĂ©paration, l’administratif (dossiers de formation), la prospection et la gestion de son entreprise… On travaille – Ă  certaines pĂ©riodes de l’annĂ©e – la journĂ©e, le soir et le week-end ! J’Ă©tais dans une telle pĂ©riode, ça s’est arrĂŞtĂ© d’un coup ! Alors que faire de ce temps !?

Ce moment est en mĂŞme temps une vraie CHANCE : pouvoir se poser, rĂ©flĂ©chir, se remettre en question et dĂ©velopper enfin toutes les idĂ©es qu’on avait en tĂŞte ! Je peux faire tout ça, maintenant. Tout en gĂ©rant mon quotidien.

J’avais aussi dĂ©marrĂ© une dĂ©marche de certification qualitĂ© de mon organisme de formation. Cela m’a demandĂ© beaucoup de temps et de travail, ainsi qu’un investissement financier important. J’ai suivi une formation d’accompagnement, et il me reste des amĂ©liorations Ă  faire. Je devrais me faire certifier en septembre, si tout se dĂ©roule comme prĂ©vu !

Des formations en distanciel, mais de qualité

L’un des nombreux projets que j’avais en tĂŞte lorsque je n’avais « pas le temps », c’Ă©tait justement des formations Ă  distance. Eh bien, nous y voilĂ  ! Pour moi, une formation Ă  distance, ce n’est pas juste de la visio !

Je vois ça d’une manière globale : des contenus sur ma plateforme de formation, des supports PDF, des vidĂ©os, des exercices, de la mise en pratique et enfin des temps individuels ou de regroupement, en visio-rĂ©union ou par tĂ©lĂ©phone. Tout cela avec un programme bien dĂ©fini et sĂ©quencĂ©. Ă€ personnaliser pour chacun. Et dans le respect des exigences qualitĂ© de la formation professionnelle !

J’ai passĂ© ma première semaine Ă  organiser tout cela, Ă  tester des applications, Ă  Ă©changer et Ă  rechercher des informations. J’ai mĂŞme expĂ©rimentĂ© avec quelques stagiaires qui n’avaient pas encore terminĂ© leur parcours avec moi. Comme les enseignants des Ă©coles, j’ai donc organisĂ© ces dernières formations dans l’urgence et avec les moyens du bord !

Je suis allĂ©e vite, car j’ai la chance d’avoir justement des connaissances dans les outils du web. Maintenant, je me sens prĂŞte et je vais commencer dès cette semaine Ă  proposer des formations en groupe et Ă  distance (notamment le stage qui Ă©tait prĂ©vu : « Animer sa page Facebook professionnelle – niveau 2 »).

On verra si quelques personnes sont intĂ©ressĂ©es. Cela peut par exemple intĂ©resser des commerçants, indĂ©pendants ou de nouveaux entrepreneurs, qui d’habitude n’ont pas toujours « le temps », eux non plus. Mais j’ai conscience que chacun est prĂ©occupĂ© par son quotidien et ses questionnements sur l' »après » !

Et l’avenir ?

Comme je l’ai dit plus haut, l’avenir me semble flou et incertain, mais je reste positive et optimiste. C’est ma nature ! En tous cas cette pĂ©riode aura remis en question mes formations, sur le long terme. Je proposerai sans doute des stages mixtes : prĂ©sentiel (quand la situation nous le permettra) + un temps en distanciel, pour approfondir ses connaissances et prendre plus de temps de mise en pratique, Ă  son rythme.
En attendant, j’espère de tout cĹ“ur que tout le monde reste bien confinĂ© pour enrayer l’Ă©pidĂ©mie le plus vite possible, et que les plus fragiles soient bien protĂ©gĂ©s.

Prenez soin de vous.

Voir l’article du Ouest France


A propos de MĂ©lanie

Mélanie Scoubart est formatrice numérique, spécialisée dans la communication internet des entreprises (TPE, PME, artisans et professions libérales).

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.